Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ensemble Paroissial Ste Sigolène  St Pal de Mons Les Villettes
Menu

Messe des peuples 14 janvier 2018

La messe des peuples est célébrée en même temps que la journée mondiale du migrant et du réfugié pour l'ensemble paroissial Ste Sigolène-Les Villettes-St Pal de Mons...

 

Dimanche 14 janvier

             

   

en l'église de Ste Sigolène

 pour l'ensemble paroissial:

               

 

Messe des peuples

Journée mondiale du migrant et du réfugié.

 

Fête de la rencontre.

                             Fête du don, de l'accueil

             de l'ouverture aux autres.

Joie

d'être ensemble

autour de la Parole

de Dieu

et de l'Eucharistie.

 

 

 

 

 

- Ecoute des témoignages de générosité et de solidarité.

- Ecoute des mercis qui se sont exprimés.

 

Voici maintenant les témoignages qui ont été lus au cours de la messe et l'appel de l'ASSAM, la nouvelle association qui s'est créée. 

1er témoignage :

Joseph Grange présente le jeune Alexander, puis il lit son témoignage sauf la dernière phrase lue par Alexander lui-même.

PRÉSENTATION
A mes côtés se trouve  Alexander EMOYON.
Il est arrivé en France il y a 3 ans environ et a été accueilli à Ste Sigolène

le 13 janvier 2017,

voici tout juste un an.

C’est un collectif

de personnes bénévoles

qui lui a permis de devenir

ce qu’il est aujourd’hui.
 

Bien que de religion protestante, il a accepté de venir témoigner au cours de cette messe pour nous parler de son parcours.

TÉMOIGNAGE 
Je suis originaire du Nigéria en Afrique tropicale. J’ai fait des études et puis j’ai travaillé comme cadre dans une entreprise de fonderie.
Pour de nombreuses raisons, ma famille a été brisée, disloquée, écartelée. Mon père a été empoisonné et j’ai perdu ma mère. Le même sort m’attendait, alors j’ai décidé de quitter mon pays.
 
Arrivé en France, très vite, je me suis retrouvé avec d’autres Africains accueillis par le Père RIFFARD, dans la paroisse de Montreynaud à St Etienne. Nous logions à 50, hommes, femmes et enfants dans une salle paroissiale.
La préfecture de la Loire, constatant le manque d’espace, d’hygiène et d’intimité, ordonna au Père Riffard de ne plus héberger de migrants pendant la nuit. Comme d’autres je me suis retrouvé dans un CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile).
 
En début janvier 2017, j’allais être à la rue. C’est à ce moment-là qu’une association du Mazet St Voy m’a fait connaître une famille sigolénoise où j’ai été hébergé avec un collègue plus jeune que moi, Felipe. Des Sigolénoises et Sigolénois se sont alors réunis en collectif pour nous apporter toutes les aides dont nous avions besoin.
 
Grâce aux bénévoles du Mazet et de Ste Sigolène j’ai décroché un titre de séjour temporaire ce qui m’a permis de travailler. J’ai débuté par ramasser des fruits rouges et à présent, je suis à la salaison Lou Montagnard depuis 5 mois, à St Maurice de Lignon, en emploi temporaire.
Mon titre de séjour va se terminer  en février ; j’espère beaucoup qu’il va être prolongé. Mon rêve est de rester en France, de travailler, de me marier et d’avoir des enfants.
Quel chemin parcouru depuis un an !
Je remercie tous les bénévoles qui se sont occupés de nous et qui continuent à nous aider. Ils ont compris la parole de Jésus qui disait : «J’étais étranger et vous m’avez accueilli ».

Présentation et témoignage lu par J. Grange


J’ai accepté de témoigner pour vous dire que les migrants ont besoin de vous pour trouver leur place dans la société.
 
MERCI BEAUCOUP       

              THANK YOU VERY MUCH             

                                  MUITO OBRIGADO

Alexander

 

2ème témoignage:

Hélène Ayerra présente et lit le témoignage de Déborah

Nous avons accueilli une maman congolaise et son petit garçon de 18 mois, de mai à septembre 2017 suite à un appel de l’hôpital Nord.

Avant l’hospitalisation de l’enfant, cette famille dormait dans un gymnase et passait la journée dans la rue. A la fin de la trêve hivernale, le gymnase a fermé ses portes et la question du logement s’est posée. Le personnel hospitalier s’est mobilisé sans résultat. Une soignante informée de la création d’un collectif pour l’accueil de migrants à Sainte-Sigolène  nous a sollicités.

Pendant plusieurs mois nous avons partagé le quotidien et appris à nous connaître. Nous avons échangé sur les conditions de vie en France, en Afrique, sur l’éducation des enfants, la religion, les coutumes…

Nous nous sommes enrichis mutuellement et ces échanges nous ont  permis de mettre des mots sur le vécu parfois très douloureux de cette famille.

L’entraide s’est organisée, des bénévoles d’ASSAM (Association Sigolénoise Soutien Accueil Migrants) ont pris le relais pendant nos vacances.

Des gestes de solidarité, de fraternité envers eux se sont exprimés pendant leur séjour. Des associations comme les Restos du Cœur, la banque alimentaire, le Secours Catholique les ont soutenus.

Actuellement cette maman vit avec son fils dans un hôtel social à Saint-Etienne. Cette solution est provisoire. Ils espèrent disposer d’un logement pour être plus indépendants. Ils apprécient de revenir à Sainte-Sigolène pour retrouver les personnes avec qui ils ont tissé des liens

Témoignage lu par H. Ayerra

 

 

Dans le concret de nos vies, dans les petites choses comme dans les grands défis, sachons

   ACCUEILLIR

          PROTEGER

                       PROMOUVOIR

                                 INTEGRER....

Tels sont les mots du message du Pape François, mots adressés à nos communautés dans les grandes causes du monde comme dans notre quotidien.

Soyons, comme nous l'avons chanté,

un peuple de frères,

un peuple du partage.

Dans le secret de notre coeur, faisons nôtre la prière du Pape François

Seigneur,

tu nous appelles à prendre le chemin de la rencontre,

ouvert à l’autre, d’un autre pays, d’une autre culture.

Aide-nous à nous mettre en route, ensemble.

Imprègne-nous de ta Parole pour que nous puissions donner corps à ton Évangile :

-  En nous accueillant mutuellement, dans la confiance,

car chacun est porteur d’un message de ta part.

Cette rencontre nous fera grandir en humanité.

- En protégeant ceux qui sont dans le besoin,

et particulièrement les plus faibles. Leur chair est ta chair !

- En promouvant la vie de chaque personne et un vivre-ensemble fondé sur la bienveillance et la reconnaissance mutuelle, terreau du respect, de la fraternité,

de la justice, de la paix.

- En vivant dans une diversité réconciliée qui permette à chacun de s’intégrer, d’être capable d’apprécier la beauté de ce pays où nous vivons, prêt à en prendre soin et à y apporter la richesse qu’il porte en lui.

Ce n’est pas toujours une voie facile ; elle demande des choix, des dépassements. Mais c’est une voie porteuse de vie et d’espérance qui mène vers ton Royaume. Elle nous invite à cheminer en frères et sœurs, avec Toi à nos côtés. AMEN

Voici des propos de Mgr Pontier, président de la conférence des Evêques de France,de Mgr Denis Jachiet, Evêque auxiliaire de Paris et De Mgr Georges Colomb, Evêque de la Rochelle concernant l'accueil des migrants et de réfugiés pris dans le journal La Croix

L’Eglise de France au secours des migrants

À l’occasion de la 104e Journée des migrants, dimanche, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques (CEF), a invité hier « tous les Français » à plus de générosité.

Projetés sur le mur de la salle de presse, comme un slogan universel, les quatre mots clés du discours du pape François sur les migrants, écrits de sa propre main en français :

« Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer. »

À l’occasion de la 104e Journée mondiale du migrant et du réfugié, dimanche 14 janvier, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, a lancé hier un cri d’alarme pour exhorter l’opinion à regarder en face la « réalité migratoire qui s’accentue depuis des années ». Avec une question : « S’agit-il d’un événement conjoncturel que nous allons maîtriser, ou d’une mutation historique profonde qui va modifier la vie de nos pays ? Seul l’avenir nous le dira. »

Alors que des centaines de migrants continuent de périr en Méditerranée et que le pape François en a fait une des priorités de son pontificat, la réponse de l’Église de France se veut la même qu’à Rome: « Accueillir est l’attitude première qui permet de transformer un événement qu’on ne maîtrise pas en événement qu’on accompagne : non pas en s’opposant, mais en fraternisant. »

Certes, reconnaît Mgr Pontier en reprenant l’expression bien connue, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. « Mais ce n’est pas ce qu’elle fait et ce n’est pas non plus ce qu’on lui demande. La grande majorité des migrations se font dans les pays pauvres limitrophes. Mais ne peut-on pas accueillir plus, et surtout mieux ? » Et d’en appeler à un vrai dialogue entre l’État, les collectivités et les associations actives sur le terrain.

« Bien des progrès pourraient alors être accomplis pour améliorer la qualité de l’accueil. »

Concernant les pistes concrètes d’amélioration, Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris et membre de la commission épiscopale pour la mission universelle de l’Église, en a énuméré quatre.

- Tout d’abord, face au « scandale » des migrants qui périssent en mer, élargir les voies d’accès légales pour demander l’asile en France, notamment en accordant des visas humanitaires. « Il s’agit d’améliorer l’accueil, mais aussi le contrôle des arrivants, raccourcir les délais, et donc mieux assurer la sécurité publique. » Un accord a ainsi été signé entre cinq organisations chrétiennes au Liban et l’État français pour mettre en place un couloir humanitaire. Concernant la protection, l’Église a notamment le souci de la protection des mineurs, « particulièrement vulnérables et qui doivent pouvoir trouver en France la même protection que les mineurs privés de parents».

- Au chapitre de l’intégration, « nous demandons pour les personnes en attente de régularisation de pouvoir travailler dès les premiers mois suivant leur demande d’asile ».

- Enfin, défend Mgr Jachiet, l’intégration passe par un changement de regard sur les migrants. « Nous demandons à tous d’oeuvrer à une présentation positive des migrants. Cela passe d’abord par un discours honnête sur les motivations qui les ont poussés à se lancer sur les routes de l’exil, mais nécessite aussi de mettre en valeur leurs richesses culturelles et le désir qu’ils ont de s’intégrer à la société qui les accueille. »

- À l’adresse des chrétiens eux-mêmes, partagés entre ceux qui s’engagent sur le terrain et ceux qui expriment des réserves à l’égard d’un accueil jugé trop inconditionnel, Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et membre de la commission épiscopale pour les migrants, rappelle que « ce mouvement migratoire trace pour nous de nouvelles frontières missionnaires. Les musulmans qui viennent chez nous découvrent la foi chrétienne grâce à l’accueil qui leur est réservé », souligne-t-il.

Concernant l’opposition marquée d’une quinzaine d’associations, dont le Secours catholique et l’Entraide protestante, à un projet de circulaire du gouvernement visant à sortir les sans-papiers des centres d’hébergement d’urgence, Mgr Pontier s’est voulu pédagogue et conciliant. « Une grande partie de la population française a expérimenté la rencontre avec les migrants. C’est une expérience humanisante qui nous fait grandir. Quand on a vécu cela, on devient souvent militant et exigeant dans ses propos. Mais il ne faut pas faire porter tout le poids des migrations uniquement sur l’État et les collectivités, mais sur chacun d’entre nous. J’invite non seulement le gouvernement, mais aussi tous les Français à plus de générosité. »

Article paru dans la Croix et écrit par Samuel Lieven

 

Joie

d'être ensemble

autour du pot

de l'amitié

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation et Appel de l'association ASSAM

ASSAM =  Association Sigolénoise Soutien Accueil Migrants

Durant l’année 2016, l’actualité concernant la situation des migrants a interpellé des sigolènois. Quelques familles désireuses de s’engager ont sollicité Monsieur le Maire qui s’est dit prêt à soutenir des initiatives locales.

En même temps un appel avait été lancé en faveur de migrants qui ne pouvaient plus être accueillis dans les locaux de l’église du Père Riffard à Saint-Etienne.

Un réseau s’est formé à Sainte-Sigolène en lien avec SOSFAS, une association du Mazet-Saint-Voy, pour organiser un accueil de migrants. Depuis janvier 2017, deux jeunes d’Afrique Noire ont été accueillis dans une famille sigolènoise et en mai une maman et son enfant dans une autre famille.

Le réseau devenu association, assure un soutien matériel, moral et financier en lien avec d’autres associations de solidarité de la commune.

ASSAM compte déjà plus de 40 adhérents et de nombreux donateurs. Elle apporte également des aides ponctuelles à d’autres personnes migrantes.

L’actualité interpelle toujours. 

 

Nous profitons de ce temps de parole pour lancer un appel.

- ASSAM recherche un appartement à loyer solidaire, pris en charge par l’association.

Si vous avez connaissance d’un logement disponible vous pouvez  en informer l'association.

- Par ailleurs si des personnes souhaitent accueillir ou rejoindre l’association qu’elles se fassent connaître. 

Un concert donné par Onden’Gospel aura lieu le

9 juin 2018

à 20H30

à l’église de Sainte-Sigolène

au profit d’ASSAM.

Vous pouvez réserver vos places à l’Office de Tourisme de Sainte-Sigolène.

Le Président

Jean-Michel Bernaud

Assamsigolenemail.com /04.71.56.11.85